La faïence de Quimper, l’envers du décor

A l’époque où nous avons pris l’habitude de faire du « fast-shopping » dans des magasins de chaîne, le fait d’aller découvrir une manufacture traditionnelle et sa boutique est une tout autre expérience. C’est pour cela que la visite des ateliers Henriot est un incontournable lors d’un passage à Quimper. Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de voir les coulisses de fabrication de la faïence, d’apprendre comment elle est faite de A à Z, d’observer les gestes précis des ouvriers et, au final, de regarder les résultats de leur travail avec un œil un peu plus averti qu’avant.

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence quimpéroise fait, sans l’ombre d’un doute, partie du patrimoine de la région et est l’une des choses les plus facilement associées à la Bretagne. En effet, qui n’a jamais vu le célèbre bol à oreilles ?

Pour moi, le motif décoratif d’un breton et d’une bretonne en costume traditionnel est l’une des premières choses que j’ai connu de la Bretagne, avant même d’y venir pour la première fois. Plus tard, j’ai découvert qu’à l’origine, il avait était peint sur de la faïence signée Henriot. Ces œuvres d’art, et en même temps objets d’utilité quotidienne, je les ai très souvent vus dans des maisons un peu partout en Bretagne, pas seulement à Quimper.

La faïence de Quimper, l'envers du décor

Sachez que ce qu’on fabrique à l’usine aujourd’hui est pourtant loin de se résumer aux motifs traditionnels. Ceux-ci existent toujours, pas de crainte, mais les amateurs de collections plus modernes devraient également y trouver leur bonheur.

A l’heure actuelle, Henriot invite régulièrement des artistes pour créer de nouvelles collections ainsi que des pièces uniques. Voilà un bel exemple d’entreprise reconnue avec le prestigieux label d’État, « Entreprise du patrimoine vivant », celle qui sait utiliser son savoir-faire, transmis de génération en génération depuis 1690, pour se rénover et proposer une large gamme de produits, adaptés à tous les goûts.

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

Le point de départ de la création de ces merveilles est l’argile et les moules en plâtre, conçus et réalisés sur place par un modeleur. Selon la forme de l’objet que l’on désire obtenir, il va naître dans un des ateliers suivants : au coulage pour les formes creuses, au calibrage pour les pièces rondes ou bien au pressage pour tout ce qui est carré, ovale ou rectangulaire.

Vient ensuite une première cuisson, pour laquelle il faut compter neuf heures au four et également neuf heures pour le refroidissement. Puis, on procède au contrôle qualité et si la pièce ne présente aucun défaut extérieur ni intérieur, elle va pouvoir être émaillée, puis décorée et cuite une seconde fois au four.

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

Toutes les étapes, faisant partie d’un processus de fabrication complexe et exigeant, sont aussi importantes les unes que les autres, mais celle qui impressionne sans doute le plus ceux qui viennent de l’extérieur, reste la décoration. C’est le silence qui s’instaure naturellement chez le public, bouche-bée devant le travail dans cet atelier. Concentrées, les femmes qui peignent ici, vont très vite.

Il y a quelque chose de captivant dans leur mouvements de pinceaux minutieux, décidés et aériens à la fois. Pour atteindre ce niveau de compétence, il faut des années d’apprentissage et de pratique. Parmi les femmes expérimentées, on peut apercevoir aussi une jeune fille qui a rejoint l’équipe de « peinteuses » pendant ses études dans une école de céramique et qui ne cesse de perfectionner ses gestes.

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

En somme, ne tardez pas à aller découvrir les ateliers, d’autant plus que le quartier où se situe la faïencerie depuis ses débuts est aussi très intéressant et riche en lui-même. Vous trouverez ainsi à Locmaria, la plus ancienne église de Quimper, un petit jardin très pittoresque créé sur le modèle des jardins abbatiaux et pour les plaisirs du palais, un excellent restaurant : Le Prieuré.

Juste à côté, dans la jolie rue pavée Jean Baptiste-Bousquet (qui a fondé la manufacture quimpéroise) se trouve le Musée de la Faïence et la boutique de créateurs Pigment. Tout cela proche des quais, accessible donc également à pied à partir du centre-ville : je vous recommande fortement cette marche agréable avant de vous plonger dans l’ambiance de l’univers Henriot.

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

La faïence de Quimper, l'envers du décor

Informations pratiques

Le Musée de la Faïence de Quimper est ouvert au public de mi-avril à fin septembre (du lundi au samedi de 10h00 à 18h00).

La visite des ateliers a lieu à cette période et toute l’année, sur rendez-vous, pour les groupes (minimum 10 personnes).

Saisons

Office de tourisme

Office de tourisme de Quimper Cornouaille


Encore plus d'articles

LOCALISEZ L'EXPERIENCE

Position GPS : 47.98862,-4.11182

Blogueur - Présentation

kasia tirilly photo
Kasia Tirilly - Bretonissime
Voir la présentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *